Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 09:49

 

benotman.jpgOdes carcérales de Benotman en dédicaces

 

A l'occasion de la parution de son recueil de poèmes "L'oeil à clef", aux éditions Domens, l'association Aux livres Citoyens reçoit, ce soir, à 19 h, Abdel Hafed Benotman, au domaine de la Croix Gratiot, à Montagnac.


Né en 1960 à Paris, Benotman est le dernier enfant d'une famille nombreuse, arrivée d'Algérie dans les années 50. Il raconte son enfance rebelle et de petit délinquant du VI e arrondissement, dans son roman autobiographique paru chez Rivages en 2003, "Eboueur sur échafaud" (« 
tu finiras au pire, éboueur, lui disait son père , au mieux sur l'échafaud ».) Mais ce que ne savait pas son père, c'est qu'avec le premier argent volé, Hafed achète une machine à écrire et que, depuis, il n'a jamais cessé d'écrire car il y trouve un domaine de liberté.

 

Incarcéré dès l'âge de 15 ans, à Clairvaux puis dans d'autres centrales pour vols et récidive, il additionnera quatorze ans de braquages, de détention, entre cellules, évasions et quartiers d'isolement. Sa dernière remise de peine remonte à mai 2007. Mais la prison ne l'a jamais abattu. « C'est un outil politique pour gérer la misère sociale... La plus grande violence, c'est la soumission totale... Je suis atypique, dit-il ! Les années de prison ne se voient pas trop sur moi, parce que je savais où j'étais et où j'en étais. » Abdel Hafed est devenu un militant de la chose carcérale. Il a créé une revue, publié des articles dans Le Nouvel ObservateurLe Monde. Il participe à des tables rondes (où il rencontre le juge Halphen). Il vient de piloter un "tchat" sur Arte à propos de Prison Valley, cette vallée californienne qui accueille treize centres pénitentiaires et où les détenus sont employés à... en construire d'autres ! La situation administrative d'Abdel Hafed reste floue. En effet, la cour d'assises l'a jugé et soumis à une obligation de travailler afin de rembourser les parties civiles (une agence bancaire)... cependant la préfecture, elle, ne l'autorise pas à travailler. C'est ainsi qu'elle lui a interdit de jouer dans le film de Jacques Audiard, "Le prophète". Jusqu'à peu Benotman avait fait l'objet d'un d'arrêté d'expulsion, annulé puis réactivé. La préfecture refusant de régulariser son titre de séjour. Le militantisme en plus, Abdel Hafed Benotman poursuit ses activités de scénariste, d'homme de théâtre, de romancier et de poète. C'est un homme d'écriture, comme il aime à se définir, qu'Aux livres citoyens vous invite à découvrir ce vendredi.


Comme on peut le pressentir, ses poèmes ne font pas dans la guimauve ! Que ce soit l'amour ou la mort qu'il convoque, l'enfance ou le monde qu'il évoque, Abdel Hafed Benotman va droit au mot en lui révélant tout son sens.

Venu en mai 2008 présenter ses œuvres en prose, romans et nouvelles, Benotman avait conquis le public présent. Aujourd'hui, il repartira cette fois encore avec de nouveaux amis.


Au programme : 19 h, accueil, dégustation des vins du domaine la Croix Gratiot, exposition de photos : "Benotman sous l'oeil de Barbara Heide", présentation des œuvres ; 19 h 30, ouverture de la soirée avec "L'oeil à clef", poèmes de Benotman et entretien avec l'auteur ; 20 h, Tom Torel pour "Carte blanche pour textes noirs" avec des textes d'Abdel Hafed et d'autres ; 21 h, buffet musical animé par le Grumer's jazz band. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aux livres citoyens - dans La presse en parle
commenter cet article

commentaires