Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 11:30

Suite de notre exploration des livres intéressants qui sortent ces jours-ci.
(la première partie est disponible ici)

 

c-Paul-au-Parc.jpgHélène vous conseille Paul au Parc de Michel Rabagliati (éditions La Pastèque) : "Paul au parc, c’est une BD. Paul au parc raconte l’entrée en scoutisme du jeune Paul mais aussi sa famille, ses premiers émois amoureux, le Québec des années 70. Par son trait net, son art accompli du récit graphique, Michel Rabagliati nous emporte à nouveau,  dans une histoire qui est comme la vie, avec ses hauts et ses bas. « A nouveau » car dans de précédents albums, Paul a eu « un travail d’été », il est allé «  à la campagne », puis « dans le métro » ou «  à la pêche », « en appartement » et finalement « à Québec ». On en voudrait encore d’autres... Merci Michel Rabagliati !"

 

oiseau.jpgFabrice vous conseille Un Oiseau blanc dans le blizzard de Laura Kasischke (Livre de Poche) : "Il faut lire tout Laura Kasischke, puisque c'est une des plus grandes auteurs américaines du moment. Mais il faut lire en particulier ce roman-là, qui est une sorte de quintessence de ce que sait faire la bougresse quand elle s'est mise en tête de nous glacer le sang : elle côtoie le Mal de très près, dans cette chronique d'une adolescente qui grandit à l'ombre d'une mère disparue. Personne ne sait mieux faire sentir l'horreur des choses quotidiennes, la violence des provinces banales. Un immense et étouffant roman à la Carver."

 

Rue-des-voleurs_5524.jpgFabrice vous conseille tout autant Rue des Voleurs de Mathias Enard (Actes Sud) : "Enard se fait modeste avec cette chronique des aventures sentimentales et sociales d'un jeune Marocain d'aujourd'hui. Sans en avoir l'air, en mettant l'actualité en arrière-plan (intégrisme, révolution arabe, immigration clandestine, sort des sans-papiers), il écrit pourtant un roman ancré dans son époque, plus politique qu'il n'y paraît. Un très beau texte sur l'errance, mélancolique et moderne."

 

home.jpgFabrice ne vous en conseille pas moins Home de Toni Morrison (Bourgois) : "Tout Toni Morrison en 150 pages : vaste saga familiale, écriture chorale, histoire troublée des Etats-Unis, conditions de vie des Noirs dans l'Amérique raciste des années 50... L'auteur revient éternellement sur ses hantises, et c'est toujours aussi puissant, aussi limpide, aussi précis. Du vrai bon roman américain comme on l'aime, classique et lyrique comme une chanson de Nina Simone."

 

jim-harrison-grand-maitre.jpgFabrice en profite pour vous conseiller Grand Maître de Jim Harrison (Flammarion) : "Harrison écrit toujours la même chose : la solitude, les grands espaces, la viande rouge et le sexe débridé. L'opus 2012 ne déroge pas à la règle, et c'est un vrai plaisir de retrouver le grizzly du Montana dans ses marques. Il y a en plus là-dedans un (faux) polar assez délicieux, et une façon de prendre systématiquement les chemins de traverse, de traiter la digression en Art Majeur, de privilégier l'errance au but, qui force le respect. C'est rabelaisien, cru, excessif, sexué... harrisonien, quoi. Rien de nouveau sous le soleil : juste un des derniers grands Américains."

 

(à suivre...)

Partager cet article

Repost 0
Published by Aux livres citoyens - dans Chroniques livres
commenter cet article

commentaires